Arnaud Dezoteux Le Ballet du Tremplin

Institut Médico-Educatif Le Tremplin, Bobigny (93)

2016

Important: If you want to resize the window manually, leave at desktop resolution. Or you can just click an icon.

©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
partager

L’artiste

Arnaud Dezoteux (1987) vit et travaille à Paris. Il est diplômé en 2011 de l’ENSBA de Paris et participe l'année suivante à l'exposition Géographies Nomades avec la vidéo "G-COACH", qui mêle improvisation et coaching de séduction dans une ambiance proche de certaines télé-réalités américaines. En 2012, il est lauréat du prix Paris Jeunes Talents pour son projet autour du bodybuilding, visible au 58ème Salon de Montrouge. Ses projets, qui ont tous en commun d'utiliser le studio d'incrustation sur fond vert comme le lieu d'une confrontation atypique avec les acteurs, ont récemment été montrés à la Loop Art Fair de Barcelone, à la Nuit Blanche Video de Londres, au Musée Làzaro Galdiano à Madrid ainsi qu'à la Fondation Lafayette à Paris. Il est lauréat du prix de la Fondation François Sommer pour la Chasse et la Nature en 2014.
En 2015, Arnaud Dezoteux amorce la réalisation du film "Behind the Scenes". Conçu comme un fil rouge, ce projet d'Heroic Fantasy se déploie et évolue selon différents modes de production et d'exposition (festival Hors Pistes au Centre Pompidou, expositions aux Bains Douches à Alençon et au Confort Moderne à Poitiers). Parallèlement, il conçoit en janvier 2016 une exposition personnelle à la galerie Edouard Manet à Gennevilliers intitulée "Brise fraîche au-dessus des montagnes".

Le projet

« Pour mon projet Orange Rouge, j’aimerais réaliser un remake du Ballet Triadique d’Oskar Schlemmer avec les jeunes du Centre IME du Tremplin à Bobigny. En s’inspirant très fortement des costumes, chorégraphies et décors d’origine, nous nous lancerons dans une aventure collective, où tous les aspects du ballet seront ré-envisagés selon la subjectivité de chacun. Nous découvrirons aussi les outils liés à la vidéo, notamment le fond vert d’incrustation, pour faire coexister dans le même espace les décors peints par les jeunes et leurs captations chorégraphiques.

À la géométrie et la pleine maîtrise du ballet d’Oskar Schlemmer viendront ainsi s’ajouter nos maladresses et tâtonnements, dans une version décalée mais je l’espère aussi, pleine de tendresse et d’humilité. »