Éléonore False Mon corps est mon premier outil

Collège François Mitterrand, Noisy-le-Grand (93)

2016

Important: If you want to resize the window manually, leave at desktop resolution. Or you can just click an icon.

©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
©Nicolas Giraud
partager

L’artiste

Éléonore False est née en 1987. Elle est diplômée de l'école Olivier de Serres et des Beaux-Arts de Paris. En 2014 elle était résidente à Triangle France, à la Friche Belle de Mai de Marseille. Depuis, elle a participé à plusieurs expositions collectives, notamment "Ne trébuchez pas sur le fil..." avec Triangle France et "Scroll Infini" au CAC La Galerie à Noisy-le-Sec. Elle a également investi la Project Room du Musée régional d'art contemporain de Sérignan ainsi que le Bélvédère du Palais des Beaux-Arts de Paris dans le cadre d'expositions personnelles. Son travail a fait l'objet en 2015 d'une publication dans le catalogue "Pliure, Epilogue" aux édtions des Beaux-Arts de Paris. Dans sa pratique, elle puise dans des ouvrages un répertoire d'images qu'elle retravaille manuellement par une série d'actions simples qui leur rednne forme. Les images reprennent vie dans l'espace et établissent une nouvelle relation avec le corps.

Le projet

« Dans Peter Pan, dessin animé de 1953 réalisé par Walt Disney, le jeune Peter est en proie à une difficulté d’ordre métaphysique: son ombre indocile, refuse de s’associer à son corps, il parviendra au prix d’efforts acharnés, à la tenir le temps que Wendy, le personnage principal féminin, arrive à la recoudre à la chaussure de Peter.

J’ai choisi cette histoire, que les adolescents connaissent tous et ce passage en particulier, comme point d’entrée pour mon projet. J’aimerais les accompagner dans une série d’expérimentations avec leurs corps. J’aimerais les amener à envisager leur corps comme un matériaux, un outil pour créer des formes, quelque chose qui amène du jeu, libéré de leur conception corporelle initiale. Dans ce projet le corps est envisagé comme le matériau premier. En plus de la prise de conscience que c’est un outil de perception, il sera envisagé directement comme un outil de construction. Par le biais de vibrations il sera utilisé pour créer de la musique et des sons, ou quand recevant un flux de lumière donné, il projettera une ombre. J’aimerais donc travailler sur les résonances de leur corps, non pas de la représentation directe de leur enveloppe mais à la suite d’expérimentations qui produiront des formes. Ce sont des jeux, des actions très concrètes. C’est un vivier d’idées plastiques, de mouvements, de gestes,etc… comme je l’envisage dans ma propre pratique et dans l’espace de l’atelier : le corps est notre premier matériau. Les adolescents, par le biais de sorties, d’expérimentations et de discussions créeront une œuvre protéiforme. La forme finale des productions n’est pas définie car elle dépend de leurs créations, suite aux différents moments du processus. Leur réactions vont faire partie de l’œuvre. »

Éléonore False